Équipements pour commerce
Équipements pour l'entreprise
Équipements pour véhicules
Sécurité des locaux
Services aux employés
A propos de nous

L'effet coupe du monde : mythe ou réalité pour la France ?

ballon coupe du monde 2014 au Brésil

Il semble inimaginable que la coupe du monde puisse être liée à l'économie. Cela peut éventuellement être possible si l'on parle du pays organisateur, mais dans le cas contraire, on reste perplexe.

Certains se hâteront de mentionner que cela n'a absolument rien de sorcier. Lors des coupes du monde, dans le pays organisateur ou hors des frontières de celui-ci, nombreuses sont les entreprises qui produisent des articles destinés aux fans. Or, ces derniers n'ont pas coutume de faire des économies. Ils achètent tout ce qu'il est possible de trouver pour soutenir le mieux possible leur équipe.

Il n'est dès lors pas surprenant que l'on observe des mouvements positifs. La situation est on ne peut plus claire, et il n'y a aucune chance qu'on y trouve à redire. Mais la question ne se pose pas vraiment là.

Il est plutôt question de comprendre comment la victoire de l'équipe nationale affecte non seulement le moral des Français, mais également l'économie tout entière.

L'infographie ci-dessous explore les relations entre les résultats de l'équipe de France au cours des dernières coupes du monde et les performances de l'économie ainsi que le moral des Français.

Alors, l'effet coupe du monde : réel ou non ?

infographie sur l'effet coupe du monde en France

Réalité ou conte de fées ?

Aussi étrange que cela puisse paraître, les statistiques sont formelles. Chaque victoire de l'équipe de France durant la coupe du monde de football a une incidence non-négligeable sur l'économie française. Faisons un petit récapitulatif.

En 1998, la France mène un jeu presque sans reproche et remporte la coupe du monde. Une progression annuelle de 3,40 % du PIB a été enregistrée, et parallèlement juste pendant la coupe du monde, les Français ont considérablement augmenté leurs dépenses en biens d'équipement : un peu plus de 7,20 % pour le second trimestre 1998 comparativement au second trimestre 1997.

Les sceptiques mentionneront que cela n'a rien d'exceptionnel, car il semble tout à fait normal qu'après une victoire comme celle-là, les Français se soient laissés aller dans les festivités. Ils ont absolument raison.

Seulement voilà, lorsqu'on observe les tendances des années 2002, 2006 et 2010, on note à chaque fois une progression plus importante à la fois du PIB et des dépenses en biens d'équipement lorsque la France est en finale.

Lorsque les performances de l'équipe de France laissent à désirer, les dépenses des ménages s'en ressentent.

Les économistes argueront que ces hausses et baisses des indicateurs économiques sont influencées par bien d'autres facteurs que la coupe du monde et cela est très vrai. On ne peut tout de même s'empêcher de penser que les tendances se répètent à chaque fois pour les dernières coupes du monde. L'édition 2014 reste à surveiller de près !

Logique des petits moments de bonheur

Observons à présent l'impact des résultats de l'équipe de France sur le ressenti des Français.

Il suffit de jeter un oeil à l'indicateur synthétique du moral des Français pour s'apercevoir que ceux-ci sont notoirement plus heureux lorsque leur équipe gagne.

Cet indicateur compare d'un mois sur l'autre le moral des Français. En 1998 et en 2006, l'indicateur a fait un bon de plus de 2% de juillet sur juin. A contrario, en 2002 et 2010, le moral était en berne, avec une chute de l'indicateur de respectivement 1.8% et 1.2%.

Plus inattendu encore, les résultats de l'équipe de France influent sur la côte de popularité du Président de la République ! Aussi en 1998, après la victoire de la France, Jacques Chirac voit sa côte de popularité augmenter de 15.6% en juillet comparativement à juin. Les Français ont décidément l'âme en fête !

Pour comprendre ce phénomène qui n'a en fin de compte rien d'étrange, il suffit de prêter attention à la psychologie de l'être humain. On a tous besoin de nos petites joies, surtout lorsque rien ne va. Cela nous permet de nous sentir plus heureux ou mieux dans nos têtes. L'effet est plus visible avec le football parce que le nombre de supporters est énorme.

Comment expliquer ce fait ? C'est assez simple ! Les supporters regardent le match et encouragent leur équipe dans l'espoir qu'elle gagne. Lorsque celle-ci perd, tout semble encore plus sombre qu'avant, et on n’a envie de rien. Par contre, si elle gagne, on en vient parfois inconsciemment à se faire des « petits cadeaux ».

>Ils ne sont pas forcément chers et très souvent, on ne réalise même pas que sous l'emprise de la bonne humeur, on a fait quelques dépenses de plus. À l'échelle individuelle, les répercussions ne sont pas du tout sensibles. Toutefois, imaginons qu'une dizaine de milliers, des centaines de milliers, voire un million et plus de personnes fassent également la même chose. Le mouvement ne pourra pas passer inaperçu. En réalité, ce n'est pas tant la coupe du monde elle-même que les sensations qu'elle procure à ceux qui s'y intéressent qui conduisent au résultat que l'on observe.

Pourquoi le phénomène dure-t-il ?

Le phénomène ne dure justement pas tant que cela, que ce soit en France ou dans n'importe quel autre pays du monde. Prenons le cas d'une équipe qui a remporté le trophée lors de la dernière coupe du monde. Ses supporters ne manqueront pas de réaliser des achats incontrôlés juste avant le début de la coupe suivante. Pourquoi ? Parce que l'euphorie, malgré les quatre années qui séparent les tournois, n'est pas encore passée. Ils furent les meilleurs et ils feront tout pour que les autres ne l'oublient pas.

Si jamais cette équipe évolue de manière idéale, ses supporters continueront sans le moindre souci à se séparer de leurs fonds, ce qui aura une incidence directe sur les ventes et par conséquent, sur l'économie tout entière. Si par contre, les prestations de l'équipe supportée sont des plus pitoyables, il n'y a quasiment aucune chance que cette tendance positive soit observée. Il en sera de même si les supporters n'attendent absolument rien de captivant de la part de leur équipe.

Corrélation ou lien de causalité, nous laisserons les économistes avoir le dernier mot. Quoi qu'il en soit, nous suivrons attentivement les performances de l'équipe de France pendant l'édition 2014 de la coupe du monde ainsi que leur répercussions sur l'économie française !